Comment Paul Boyé Technologies contribue activement à la lutte contre le Covid19

Alors que de nombreuses entreprises sont obligées de stopper leurs activités ou d’en réduire la cadence, ce n’est pas le cas de l’usine Paul Boyé Technologies. En effet, cette entreprise initialement spécialisée dans la production d’équipements de protection individuelle et d’uniformes pour la gendarmerie a trouvé un nouveau domaine d’activités stratégiques très porteur : les masques FFP2.

Une usine française devenue un super héros

Depuis le début de l’année 2020, l’entreprise Paul Boyé Technologies a relancé la production de masques FFP2. Située à 20 km environ au sud de Toulouse, plus précisément à Labarthe-sur-Lèze, l’usine tourne à plein régime. En effet, en raison de la pandémie COVID 19 effectivement, on a plus que jamais besoin de porter un masque pour se protéger efficacement du virus. Le masque constitue en effet l’un des meilleurs dispositifs individuels contre le coronavirus. Voilà pourquoi une menace à l’échelle planétaire est devenue une opportunité pour une entreprise.

Un revirement à 360 ° pour l’entreprise

Au début, Paul Boyé Technologies s’est concentrée dans la fabrication de matériels et d’équipements individuels pour l’armée, les pompiers et la gendarmerie. Mais depuis les dernières nouvelles venant de Chine, elle travaille sur un nouveau domaine d’activité stratégique qui est la production de masque FFP2. Faut-il en outre préciser que cette société fait partie de 4 sites industriels français aptes à confectionner ces masques ? Surtout qu’avec cette frénésie, le masque est devenu un accessoire quotidien obligatoire pour tout le monde, en particulier pour le personnel soignant dans les hôpitaux.

Des suites des grippes porcine et aviaire

La mobilisation de toute l’usine a démarré dès le début de l’année. Ainsi, Paul Boyé Technologies a-t-il relancé ses 4 lignes de production pour fournir les masques FFP2. En 2006 et 2009, deux premières lignes ont été mises en marche. Respectivement pour se protéger de la grippe aviaire et la grippe porcine. Depuis le mois de janvier 2009, toutes les machines ont alors été remises à niveau. L’État français réquisitionne la totalité de la production depuis le 3 mars.

Un rythme de production effréné

Tous les moyens sont mis en œuvre pour produire un maximum de masques FFP2 respectueux des normes confie Jacques Boyé. La sécurité du personnel soignant étant essentielle pour garantir la santé de tout le monde. L’usine Paul Boyé Technologies produit 500000 masques FFP2 par semaine. Tel est le rythme hebdomadaire de l’entreprise pour répondre à une demande grandissante. D’ici la fin du mois de mars, l’usine devra fournir le double, puis le triple.