"Veuillez noter que les images utilisées dans nos actualités sont fournies uniquement à des fins illustratives et ne reflètent pas nécessairement la réalité ou la véracité des propos tenus. (image ia)"

Polémique autour des activités privées des médecins à l’hôpital public : l’AP-HP confrontée à des débats sur les rémunérations

BestNewsSantéPolémique autour des activités privées des médecins à l'hôpital public : l'AP-HP...

Polémique autour des activités privées des médecins à l’hôpital public : l’AP-HP confrontée à des débats sur les rémunérations

La pratique des « consultations privées » à l’hôpital public provoque toujours certains remous dans les rangs des hospitaliers. Mais cette année un peu plus encore, à l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). Autorisée par la loi, cette activité libérale ouverte à des praticiens salariés doit permettre aux hôpitaux de rester attractifs, face aux sirènes d’un secteur privé bien plus rémunérateur. Mais à quel prix ?

La présentation du rapport annuel sur l’activité libérale, mardi 9 avril, devant la commission médicale d’établissement (CME) du groupe de 38 hôpitaux franciliens a provoqué des débats plus nourris que d’habitude, rapporte-t-on chez plusieurs participants. Le document, que Le Monde s’est procuré, est particulièrement détaillé : sur l’année 2022, les honoraires médians des 367 praticiens ayant eu recours à cet exercice – qui doit se limiter à deux demi-journées par semaine au maximum, et à moins de la moitié de l’activité du praticien – atteignent 112 620 euros (avant versement d’une redevance à l’hôpital, qui représente entre 15 % et 60 % du montant). Soit une progression de 25 % par rapport à l’année précédente. Avec des extrêmes : le montant moyen des honoraires perçus par les radiothérapeutes s’élève ainsi à quelque 600 000 euros, soit un bond de 140 % en sept ans.

« Certains chiffres donnent le vertige », a réagi le gériatre Christophe Trivalle sur les réseaux sociaux. La « radiothérapie-cancérologie » représente un profil très « atypique, en concentrant des niveaux d’honoraires moyens très importants », relèvent les auteurs du rapport, en rappelant que la « redevance due pour cette spécialité est aussi la plus importante », à hauteur de 60 %.

Les praticiens autorisés à une activité libérale ont globalement perçu 54 573 949 euros, soit des honoraires en progression de 18 % par rapport à 2021, avec un montant de redevance à recouvrer de 14 890 589 euros.

« Problématique pour un service public »

Mais, si le ton est monté d’un cran, jusque dans les rangs de la direction de l’établissement, c’est pour une autre raison : « Globalement, la progression de 15 % des actes et consultations libérales est à mettre en perspective avec le recul de 2 % de l’activité publique entre 2021 et 2022 », peut-on lire dans le rapport. Autrement dit, dans les rangs de cette petite portion de praticiens, il a été possible de donner un véritable coup d’accélérateur, alors que la reprise de l’activité publique, elle, est restée à la peine, à l’AP-HP comme dans de nombreux hôpitaux, après la crise du Covid-19 et les fortes tensions sur les ressources humaines qui ont perduré.

Il vous reste 57.63% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

La rédaction Bestnews
La rédaction Bestnews
L'équipe responsable du site d'actualité rapide Bestnews. Les dernières news de manière claire et concise. Avec Bestnews, vous pouvez être sûr de recevoir les nouvelles les plus importantes de manière rapide et efficace, sans perdre de temps dans les détails inutiles.