"Veuillez noter que les images utilisées dans nos actualités sont fournies uniquement à des fins illustratives et ne reflètent pas nécessairement la réalité ou la véracité des propos tenus. (image ia)"

Le bitcoin voit sa valeur dopée grâce à la réduction de moitié de ses émissions via le mécanisme de « halving »

BestNewsFinanceLe bitcoin voit sa valeur dopée grâce à la réduction de moitié...

Le bitcoin voit sa valeur dopée grâce à la réduction de moitié de ses émissions via le mécanisme de « halving »

C’est la fin du compte à rebours. Peu après deux heures du matin, dans la nuit de vendredi à samedi a eu lieu le très attendu « halving » du bitcoin, c’est-à-dire la division par deux de la rémunération des « mineurs », les acteurs qui valident, à l’aide de puissants ordinateurs, les blocs qui sécurisent les transactions de la cryptomonnaie. Désormais, ce ne sont plus 900 bitcoins qui seront ainsi émis par jour, mais 450 en moyenne.

En général annonciatrice d’une hausse du cours à terme, l’opération n’a pour l’heure pas fait bouger le bitcoin, qui reste autour de 63.700 dollars ce samedi matin.

Un processus programmé

Le protocole qui régit la reine des cryptomonnaies est en effet une mécanique de précision. Tous les quatre ans approximativement, ou plus exactement tous les 210.000 blocs validés sur sa blockchain, cette opération est automatique. Et sa mise en place remonte à la création du bitcoin en 2009.

Le concepteur de la cryptomonnaie – caché sous le mystérieux pseudonyme de Satoshi Nakamoto – a décidé qu’il n’y aurait, à terme, pas plus de 21 millions de bitcoins en circulation. Pour préserver sa rareté et donc sa valeur, il a opté pour ce procédé qui permet de ralentir les nouvelles émissions au fur et à mesure que le nombre de bitcoins en circulation augmente. Si, aujourd’hui, plus de 90 % des bitcoins potentiels ont déjà été créés, le volume total ne devrait être atteint qu’en 2140.

Un ralentissement programmé des émissions de bitcoin

Les bitcoins sont émis pour récompenser les mineurs qui participent à la validation des blocs – l’enregistrement des transactions dans la cryptomonnaie. Un bloc regroupe un ensemble de transactions, mais comprend également l’empreinte du bloc précédent, et du suivant, formant ainsi une chaîne de blocs – une blockchain – continue et immuable. A chaque nouveau bloc émis, une course informatique est lancée entre les mineurs pour résoudre des équations cryptographiques très complexes.

Le mineur qui y parvient en premier reçoit en récompense une certaine quantité de bitcoins. C’est le système de la « preuve de travail » (proof of work). Initialement en 2009, la récompense était de 50 bitcoins par bloc ; elle a diminué successivement tous les quatre ans (25 en 2012, 12,5 en 2016, 6,25 en 2020) et est maintenant de 3,125.

Avec cette division par deux du nombre de nouveaux bitcoins, l’offre va donc être moins fournie, alors même que depuis le début de l’année, la demande a fortement progressé. L’approbation des premiers ETF bitcoin au comptant aux Etats-Unis, permettant d’investir de façon liquide dans la cryptomonnaie, a suscité un élan auprès des acheteurs qui a permis au bitcoin d’atteindre le mois dernier son plus haut historique, franchissant la barre des 73.700 dollars.

Un bouclier contre l’inflation

On comprend donc l’espoir, chez les investisseurs, de voir la valeur de leur portefeuille de cryptos grimper en flèche après ce halving. Même si une envolée durable des cours n’est pas garantie, d’autres facteurs entrent en jeu. Le bitcoin a ainsi perdu environ 18 % depuis son record du 14 mars, se montrant notamment sensible aux tensions géopolitiques au Moyen-Orient.

Mais ce mécanisme n’a pas comme seule vocation de préserver la valeur de la crypto. Son créateur a conçu le bitcoin comme une réponse aux monnaies traditionnelles, considérées comme trop dépendantes des politiques monétaires menées par les banques centrales. Or ces dernières ont fait massivement tourner la planche à billets dans le sillage de la crise financière de 2008, renforçant les pressions inflationnistes et sapant la confiance des citoyens, selon Nakamoto. En limitant les possibilités d’émettre des bitcoins, il entendait empêcher sa crypto de connaître de telles dérives.

La rédaction Bestnews
La rédaction Bestnews
L'équipe responsable du site d'actualité rapide Bestnews. Les dernières news de manière claire et concise. Avec Bestnews, vous pouvez être sûr de recevoir les nouvelles les plus importantes de manière rapide et efficace, sans perdre de temps dans les détails inutiles.