"Veuillez noter que les images utilisées dans nos actualités sont fournies uniquement à des fins illustratives et ne reflètent pas nécessairement la réalité ou la véracité des propos tenus. (image ia)"

L’augmentation inquiétante du taux de suicide chez les femmes en France : comment ce phénomène est devenu la première cause de mortalité maternelle

BestNewsSantéL'augmentation inquiétante du taux de suicide chez les femmes en France :...

L’augmentation inquiétante du taux de suicide chez les femmes en France : comment ce phénomène est devenu la première cause de mortalité maternelle

Chaque année, environ 90 femmes meurent de causes liées à la grossesse ou à l’accouchement en France, selon une étude réalisée par l’Inserm et Santé publique France sur la période 2016-2018. Ce chiffre alarmant équivaut à un décès tous les quatre jours. Plus préoccupant encore, le suicide est désormais la première cause de mortalité maternelle, dépassant les maladies cardiovasculaires.

Les suicides et les causes psychiatriques en tête des causes de mortalité maternelle

Si les chiffres de la mortalité maternelle restent stables par rapport aux années précédentes, une tendance inquiétante se dessine : les suicides et les causes psychiatriques sont devenus la première cause de mortalité maternelle pendant la période 2016-2018. Ces décès représentent désormais 17% de tous les décès maternels, avec un taux de 1,9 pour 100 000 naissances vivantes, soit environ un décès toutes les trois semaines.

En comparaison, les maladies cardiovasculaires restent la principale cause de mortalité maternelle dans les 42 jours suivant la fin de la grossesse, représentant 14% des décès maternels. Les hémorragies obstétricales, qui étaient auparavant la première cause de mortalité maternelle, se sont stabilisées à un niveau deux fois plus bas qu’il y a quinze ans.

Les femmes âgées de plus de 35 ans plus à risque

Le risque de mortalité maternelle augmente avec l’âge des femmes. Par rapport aux femmes âgées de 20 à 24 ans, le risque relatif est de 1,4 pour cette tranche d’âge, puis il grimpe à 2,6 pour les femmes âgées de 35 à 39 ans et atteint 5,3 chez les femmes de plus de 40 ans.

Outre l’âge, d’autres facteurs de risque contribuent à une augmentation de la mortalité maternelle. Par exemple, les femmes nées en Afrique subsaharienne ont un risque 3,1 fois plus élevé que celles nées en France. De plus, l’obésité et la vulnérabilité socio-économique augmentent également le risque de décès maternel. Les femmes obèses ont un risque deux fois plus élevé que celles ayant un poids normal, et les femmes vulnérables ont un risque plus élevé que celles qui ne sont pas vulnérables.

De plus, la localisation géographique joue également un rôle important. Les départements et régions d’outre-mer présentent un risque de mortalité maternelle doublé par rapport à la moyenne nationale. Cependant, ce ratio tend à diminuer par rapport aux études antérieures. En métropole, les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur, Hauts-de-France et Île-de-France affichent des taux de mortalité maternelle similaires à ceux des départements et régions d’outre-mer.

Des actions préventives pour inverser la tendance

Il est urgent de mettre en place des mesures préventives pour inverser la tendance alarmante du suicide en tant que première cause de mortalité maternelle en France. Des experts ont élaboré un document contenant 30 messages clés pour améliorer la prévention, le dépistage et la coordination des soins.

Il est essentiel que les professionnels de la santé soient conscients des facteurs de risque de dépression périnatale chez les femmes enceintes et les nouvelles mamans. De plus, toute symptomatologie respiratoire doit conduire à une recherche systématique d’une origine cardiaque, afin de détecter toute anomalie potentielle.

Il est également crucial de sensibiliser les femmes aux risques associés à l’obésité et à la vulnérabilité socio-économique, et de leur fournir un suivi médical approprié tout au long de la grossesse et après l’accouchement.

Enfin, il est important de continuer à étudier et à analyser les données sur la mortalité maternelle afin de mettre en œuvre des mesures spécifiques adaptées aux différents groupes à risque.

Il est primordial de prendre des mesures collectives pour faire face à cette crise de santé publique et réduire le taux de suicide chez les femmes en France. Seulement ainsi, pourrons-nous éviter que de nombreuses femmes ne perdent la vie tragiquement.

Source : Les morts maternelles en France : mieux comprendre pour mieux prévenir. 7e rapport de l’Enquête nationale confidentielle sur les morts maternelles (ENCMM), 2016-2018 (3 avril 2024).

La rédaction Bestnews
La rédaction Bestnews
L'équipe responsable du site d'actualité rapide Bestnews. Les dernières news de manière claire et concise. Avec Bestnews, vous pouvez être sûr de recevoir les nouvelles les plus importantes de manière rapide et efficace, sans perdre de temps dans les détails inutiles.