"Veuillez noter que les images utilisées dans nos actualités sont fournies uniquement à des fins illustratives et ne reflètent pas nécessairement la réalité ou la véracité des propos tenus. (image ia)"

« Requiem pour la Russie gay » : plongée dans les espèces dangereuses de Sergueï Shikalov

BestNewsMonde« Requiem pour la Russie gay » : plongée dans les espèces...

« Requiem pour la Russie gay » : plongée dans les espèces dangereuses de Sergueï Shikalov

Sergueï Shikalov, écrivain russe installé en France, nous offre avec son premier livre, « Espèces dangereuses », une plongée captivante dans la période d’émancipation ouverte en Russie en 1993 et sa tragique fin. Dans ce récit, l’auteur médite sur les années écoulées depuis la dépénalisation de l’homosexualité et les conséquences qui en ont résulté.

Une parenthèse de liberté

L’histoire se déroule sur une période d’une dizaine d’années, où il était encore possible d’être homosexuel dans l’espace public russe, du moins dans les grandes villes. Shikalov témoigne des avancées qui ont été réalisées, mais révèle aussi les obstacles et les discriminations rencontrées par les personnes LGBTQ+ à travers les récits de différents personnages.

Une écriture fluide et poétique

Le roman de Shikalov est écrit en français, une langue qui lui permet d’explorer de nouvelles constructions syntaxiques. L’auteur utilise notamment le « on » pour renvoyer à une catégorie sociale et donner une vision globale tout en restant proche de l’expérience individuelle. Cette approche permet de multiplier les narrateurs et de rendre compte de leurs sensations, de leurs émotions et de leurs rites intimes.

A travers ce style d’écriture, Sergueï Shikalov parvient à créer une autobiographie impersonnelle et collective, tout en abordant des événements historiques, des chansons populaires et des avancées technologiques, qui rythment la vie des personnages et rendent compte de l’écoulement du temps.

Un parallèle avec « Les Années » d’Annie Ernaux

Le roman « Espèces dangereuses » présente des similitudes avec l’œuvre d’Annie Ernaux, « Les Années », qui utilise également le « on » pour raconter une histoire collective. Cette comparaison souligne la puissance du style de Shikalov et sa capacité à donner vie à une époque révolue, en laissant place à une réflexion profonde sur la condition des personnes LGBTQ+ en Russie.

Une dénonciation des discriminations et des régressions

Au-delà de la beauté de son écriture, Sergueï Shikalov dépeint avec justesse les difficultés auxquelles sont confrontées les personnes LGBTQ+ en Russie. Il dénonce les discriminations, la stigmatisation et les violences auxquelles elles sont soumises. La fin de la période d’émancipation, marquée par une répression croissante, est décrite comme une dégringolade, mettant un terme à une parenthèse de liberté et de tolérance.

« Espèces dangereuses » est un livre essentiel pour comprendre la réalité des personnes LGBTQ+ en Russie. Grâce à son écriture fluide et poétique, Sergueï Shikalov nous plonge dans un monde d’émotions et de sensations, tout en dressant un constat clair des discriminations et des régressions subies par cette communauté. Un récit poignant qui rappelle l’importance de la lutte pour les droits et la tolérance.

La rédaction Bestnews
La rédaction Bestnews
L'équipe responsable du site d'actualité rapide Bestnews. Les dernières news de manière claire et concise. Avec Bestnews, vous pouvez être sûr de recevoir les nouvelles les plus importantes de manière rapide et efficace, sans perdre de temps dans les détails inutiles.