Estrosi choqué par le prêt concédé à son parti politique

Décidément, les affaires ne semblent pas s’améliorer pour l’UMP. Après le scandale Bygmalion qui a éclaboussé Jean-François Copé, le groupe parlementaire serait mis en cause.

Un prêt de 3 millions d’euros accordé en 2012

Concrètement, il faut dissocier le parti politique du groupe parlementaire. Le premier est une personne morale alors que le second regroupe tous les députés UMP présents à l’assemblée nationale. Il s’agit de 2 budgets également indépendants.

Récemment, lors des élections présidentielles de 2012, un prêt a été accordé par le groupe parlementaire au parti politique afin que celui-ci survive à quelques semaines du 2nd tour. Cela n’est pas interdit, mais l’éthique d’une telle opération n’est pas parfaite car certains parlementaires dont Christian Estrosi n’étaient pas au courant…