Bien distinguer les différentes formes de crédit consommation

Un crédit à la consommation permet de financer l’achat d’un bien de consommation, c’est-à-dire toute forme de bien qui n’est pas de l’immobilier. En effet, la première distinction est à faire entre les prêts immobiliers et les crédits à la consommation. Dans cet article nous allons nous intéresser à la seconde catégorie. Un autre édito reviendra sur les prêts immobiliers. Au niveau du marché des crédits conso il existe plusieurs formes de prêts. Nous allons revenir sur chacun d’entre eux afin que vous puissiez comprendre en détail leur intérêt, leurs différences et quelle forme est plus adaptés pour le bien que vous désirez acheter. Il est important de bien connaître toutes ces distinctions avant de faire votre choix final.

Qu’entend-on par bien de consommation ?

Avant d’évoquer les différentes formes de crédit à la consommation, il parait utile d’expliquer ce qu’est un bien de consommation. Comme nous l’avons indiqué dans l’intro, on considère comme bien de consommation tout ce qui n’est pas un bien immobilier. A la suite de cette constatation, il est logique de définir ce qu’est un bien immobilier. Par définition il s’agit d’un bien qui ne peut pas être déplacé. Plus précisément, on distingue trois formes de biens immobiliers : terrain, bâtiment, partie d’un bâtiment. Les travaux peuvent également être considérés comme un bien immobilier, notamment lorsqu’il s’agit d’une rénovation.

Par contre, les services qui sont des biens que l’on ne peut pas réellement déplacer ne sont pas considérés comme étant immobiliers. Par exemple, un voyage est un bien de consommation. Il existe donc une très grande variété de biens de consommation qu’il est impossible de citer dans leur totalité. Les objets du quotidien comme la voiture, l’électroménager, le mobilier sont des biens de consommation, tout comme les études ou les frais de santé.

Le crédit affecté

Commençons par le crédit affecté. Cette forme de prêt à la consommation a la particularité d’être destinée à une dépense précise. Lorsque l’on souscrit à cet emprunt, il est indiqué dans le contrat quel est précisément le projet que nous allons financer avec les fonds que nous a octroyés la banque. Nous ne pouvons pas utiliser le capital ainsi prêté, pour financer un autre projet que celui négocié avec le créancier. Prenons l’exemple d’un prêt auto affecté. Dans ce cas, nous sommes obligés d’utiliser les fonds pour acheter une voiture. Ce qui signifier que pour un tel emprunt, il faut fournir un justificatif de l’achat.

Très souvent, le crédit affecté est négocié après l’offre d’achat. Reprenons l’exemple de la voiture. Nous trouvons le modèle qui nous convient et nous négocions le pris avec le vendeur. Ce n’est qu’une fois ce prix négocié que nous allons aller voir notre banque ou un autre établissement de crédit pour négocier un prêt auto. D’ailleurs, les crédits affectés peuvent être proposés sur le lieu de vente du bien en question.

Il faut savoir que pour un crédit affecté, le montant maximum est de 75 000 €. Au-delà, le droit ne considère plus qu’il s’agit d’un bien de consommation, et il faudra très souvent se tourner vers un prêt immobilier. Concernant le coût du crédit, il se situe en moyenne entre 4 et 9 %. Tout dépend de l’établissement, du projet, de la durée de l’emprunt, de son montant, et de l’emprunteur. Petite précision, les frais de dossiers ne peuvent excéder 75 €.

Le crédit affecté est parfois l’unique solution, même si dans la plupart des cas vous pouvez vous tourner vers un prêt personnel. Il faut avant tout choisir celui qui est le moins cher pour des caractéristiques similaires.

Le prêt personnel

Il s’agit de la deuxième grande forme de crédit à la consommation. Comme le crédit affecté, le prêt personnel ne peut être souscrit que pour financer des projets non immobiliers. Pour mieux comprendre ce type d’emprunt, il faut le comparer avec la solution affectée. Plus précisément, la différence entre les deux c’est que justement le prêt personnel n’est pas affecté à une dépense précise. D’ailleurs, il est parfois appelé crédit sans justificatif. Il permet de financer n’importe quel projet de consommation sans avoir à justifier préalablement le bien que l’on désire acheter. Le créancier met à disposition un capital que l’emprunter va pouvoir utiliser à sa guise. Il est possible de l’utiliser en plusieurs fois ou en une seule fois. Vous pouvez le voir comme une forme d’épargne à dépenser.

Néanmoins, dès que les fonds sont déposés sur le compte, l’emprunteur doit commencer à rembourser son emprunt en respectant chaque échéance, même s’il n’a pas encore touché à un centime du capital octroyé par le créancier.

Cette forme de crédit à la consommation peut être souscrite pour n’importe quelle forme de projet. Comme le crédit affecté, le montant maximum est plafonné à 75 000 € et les frais de dossier ne peuvent dépasser 75 €. Concernant le TEG, il varie en moyenne entre 2,5 % et 10 % selon les offres.

Comme nous l’avons évoqué dans la partie précédente sur le crédit affecté, le choix entre les deux doit surtout se faire au niveau du coût, dès lors que les caractéristiques sont similaires. Il est parfois plus intéressant d’opter pour un prêt personnel pour financer une voiture, que de choisir un crédit auto.

Le cas particulier du crédit renouvelable

Nous distinguons une autre forme de crédit à la consommation : le crédit renouvelable ou revolving. En réalité, il s’agit d’une forme particulière de prêt personnel. Comme ce dernier, le crédit renouvelable n’est pas affecté à un projet précis et l’emprunteur va pouvoir utiliser les fonds pour financer n’importe quel bien de consommation sans le justifier au créancier.

La différence se situe au niveau de son caractère renouvelable. Un tel prêt peut donc être renouvelé par l’emprunteur, c’est-à-dire que ce dernier pourra débloquer une nouvelle fois des fonds auprès du créancier sans avoir à passer par un nouvel emprunt. Pour renouveler son crédit, l’emprunteur doit néanmoins respecter certaines conditions. En effet, ces fonds sont déblocables à partir d’un certain stade de remboursement. Selon l’offre négociée, une patrie du remboursement peut suffire, quand dans certains cas le renouvellement est accessible uniquement après la totalité du remboursement.

Cette forme de prêt personnel permet d’obtenir plus rapidement des fonds. Cependant, il faut être très vigilant puisqu’il peut aboutir à un surendettement si l’emprunteur ne fait pas suffisamment attention.